UN MOIS, UN PAYS : « Play’in the world » de Élodie Philippini

L’exposition “Play’in the world” se poursuit tout au long de l’année. Chaque mois, Élodie Philippini nous fait découvrir un pays qu’elle a eu l’occasion de traverser lors de son périple familial !

🌏 Ce mois-ci, venez découvrir LA CHINE ! 🌏


Envie d’ailleurs

1 an de voyage c’est 14 pays traversés par les routes et 2 en sac à dos. Ce n’est pas un tour du monde puisque nous n’avons voyagé que sur 2 continents mais c’est l’équivalent du tour de la terre en kilomètres parcourus. Nous avons choisi le mode «very slow travel» en embarquant la famille à bord d’un C25 de 1995, parfaitement aménagé. Voyager par la route c’est beaucoup de galères, de questions et de tracasseries administratives, ce sont des coups de paniques imprévus, un million de selfies pour les plus petits, mais c’est aussi beaucoup de liberté, un voyage hors des sentiers battus, des rencontres incroyables, des paysages à couper le souffle et des milliers de sourires échangés. Un an de voyage c’est des anniversaires dont nous nous souviendrons : 39 ans fêtés en Mongolie sous la neige, à côté d’une usine où nous avons dû nous arrêter d’urgence en plein nuit quand le camion a glissé sur une plaque de verglas ou encore sous les cocotiers de l’île paradisiaque du Lapin au Cambodge. C’est aussi 10 ans fêtés sous les couleurs incroyables du Vietnam, 3 ans fêtés au milieu des champs de thé des Cameron Higlands de Malaisie, et 8 ans improvisés en Inde à Mumbai où nous sommes bloqués depuis 3 semaines en attente d’un shipping. Un an de voyage c’est noêl et le jour de l’an sous les lanternes d’Hoi An, c’est pâques au milieu des temples d’Angkor mais c’est aussi le nouvel an chinois, la fête des lumières, le nouvel an Hmong, la fête des couleurs, le plus grand festival bouddhiste du Sri Lanka et bien d’autres, autant d’évènements que nous avons gravé dans notre histoire familiale.

Un an de voyage, c’est se faire inviter par des gens qui n’attendent rien en retour que la rencontre. Un an de voyage c’est réapprendre à vivre simplement en famille. Un en de voyage c’est profiter du temps qui passe. Un an de voyage c’est s’autoriser un retour à la contemplation.


Play’in the world

L’exposition a vu le jour suite à de nombreuses réflexions sur le voyage et notre façon de nous déplacer. Le portfolio choisi pour Fée Mazine s’attache à retracer le plaisir de voyager à une période particulière où partir nous est devenu difficile voire quasi impossible. Cet extrait est l’introduction à un projet plus long : présenter durant l’année 2021 un pays traversé par mois au sein de la Kaz Fée Mazine.

Nous étions partis avec l’idée de découvrir les jeux du monde. Au fur et à mesure des prises de vues et des rencontres, nous avons envisagé le voyage et le jeu sous un angle nouveau.

Voyager c’est jouer avec. Jouer avec le temps, nous n’avons plus de contraintes horaires que celles que nous nous imposons. Jouer avec l’espace, en définissant un territoire pour voyager à notre rythme, nous faisons aussi des paris insensés comme rallier Paris à la frontière de la Chine en 27 jours ou traverser le nord de l’Inde en 15 jours. Jouer avec les autres en découvrant de nouvelles cultures, de nouvelles langues, de nouvelles façons de communiquer.

Voyager c’est jouer à. Jouer à être des touristes, des voyageurs ou simplement nous-mêmes. Jouer à apprendre des histoires, l’Histoire, des recettes, des mots, des jeux, des façons d’être. Jouer à voir les merveilles du monde, des spectacles traditionnels et contemporains, des écritures incompréhensibles, mais aussi les inégalités, les animaux qui disparaissent et les conséquences concrètes de notre système capitaliste.

Voyager c’est jouer dans. Jouer dans le monde pour les enfants c’est découvrir à leurs façons les monuments que nous visitons. Dans les temples, les ruines, les palais, les expositions, ils jouent, ils courent, ils se cachent, ils découvrent, Jouer dans la nature, se baigner dans les rivières, le Mékong, les mers, avec les éléphants, dans des piscines ; grimper aux arbres, se balancer sur les lianes, courir dans la jungle, collecter des bâtons, des cailloux, des fleurs, des coquillages, dessiner le monde sur des bouts de cartons, des verres, des serviettes en papier, dans la poussière, le sable, attendre des heures pour observer des animaux qui ne viendront jamais, s’émerveiller de ceux que nous voyons. Pour les enfants, tout est jeux et les rencontres sont faciles. Jouer dans les villes aussi, se repérer sur les plans, dénicher une boulangerie, un parc de jeux, un robinet, une douche publique, une laverie, s’entasser dans un tuk tuk, faire du vélo ou de la moto à 3, faire du bateau, du train, du bus… et trouver un nouvel endroit pour dormir chaque soir, fenêtre ouverte sur le monde.

Nos aventures sont encore en ligne : www.le-camigeon.over-blog.com.

Élodie PHILIPPINI